Wouf Wouf Application

Chiot sevré trop tôt : Quels sont les risques ?

On peut avoir des difficultés à reconnaitre l’impact et les conséquences d’un sevrage précoce chez le chiot. De nombreux troubles du comportement peuvent être exprimés par un chien qui aurait été séparé trop tôt de sa maman et de sa fratrie : difficultés à accepter la solitude, agressivité par manque de confiance, mordillements excessifs, mauvaise gestion des auto-contrôles, etc. C’est pourquoi, une séparation plus tardive peut permettre de prévenir l’apparition de tels troubles chez le chien.

labrador chiot sevré

©belchonock

À quel âge est-il préférable d’adopter un chiot ?

Bien que la loi autorise les adoptions à partir de 2 mois, cet âge est un peu précoce puisque la plupart des chiots ne sont pas encore prêts psychologiquement à quitter leur famille et leur environnement. Certains éleveurs manquent d’objectivités quant à la maturité de leurs chiots, c’est pourquoi, il est préférable de ne pas aller chercher son chiot avant 2 mois et demi d’âge, l’idéale étant 3 mois. Toutefois, assurez-vous que l’éleveur est suffisamment consciencieux quant à la socialisation des chiots. Dans le cas où les chiots ne sortiraient jamais de leur boxe ou si leur mère a été retiré trop tôt, il est préférable d’aller chercher le chiot le plus tôt possible et de vous occuper vous-même de sa socialisation.

chiot sevré

©serezniy

Les conséquences comportementales pour un chiot sevré précocement 

Un chien qui quitte sa mère et sa fratrie alors qu’il n’est pas prêt peut très rapidement montrer certains comportements ennuyeux.

 

Les mordillements 

Les mordillements seront davantage excessifs chez un chiot sevré trop tôt. C’est sa mère et ses frères et sœurs qui vont lui apprendre à gérer sa morsure inhibée (c’est-à-dire : gérer la puissance de sa mâchoire). Si le chiot ne l’a pas apprise avec ses semblables, ses maîtres devront prendre le relais. Toutefois, n’étant pas de la même espèce, nous ne pouvons pas nous substituer aux interactions avec ses congénères. C’est pourquoi, il sera d’autant plus important de présenter le chiot à de nombreux chiens afin qu’il apprenne à gérer sa mâchoire. De surcroît, les maîtres devront lui proposer de la mastication pour qu’il puisse faire ses dents. Il faudra également détourner son attention à chaque fois qu’il essaye de mordiller. De cette manière, il apprend à mordiller autre chose que les mains ou les chaussures.

mordillement du chien

©luboivanko

La solitude 

Un chiot de 2 mois vit encore une phase d’attachement qui se terminera lorsqu’il prendra de plus en plus d’indépendance. Toutefois, il se peut qu’il ne devienne pas indépendant avant ses 4/5 mois. Jusqu’à ce qu’il soit prêt, il a besoin de se sentir en sécurité pour bien évoluer. Un maximum de présence est donc nécessaire (un autre chien, un chat ou un humain). Une solitude qui serait imposée dès le départ peut amener le chiot à développer de l’anxiété de séparation. En raison du stress provoqué par l’absence de ses maîtres, le chiot peut détruire, être malpropre ou aboyer constamment. Si vous devez vous absenter, vous pouvez laisser à votre chiot un de vos vêtements avec votre odeur, et camoufler une bouillotte dans son panier, cela lui apportera plus d’apaisement. Les solitudes seront alors acceptées plus facilement.

chiot apeuré

©deviddo

Les peurs 

Un chiot sevré trop tôt pourra se montrer craintif. Le pic de peur chez le chiot se situe principalement vers ses 8/9 semaines, c’est l’âge où il part dans sa nouvelle famille. Le chiot vivra donc une certaine fragilité émotionnelle. Durant cette période, s’il quitte sa mère et sa fratrie en plus de son environnement, il aura besoin qu’on lui apporte davantage de sécurité. Des maîtres qui ne seraient pas à l’écoute de son état émotionnel pourraient le bousculer sans le vouloir. Par exemple, si la première chose apprise au chiot est le « non », il pourrait se sentir agressé. Il peut alors grogner ou même mordre pour se défendre. Ses maîtres sont encore des inconnus pour lui et la confiance n’est pas encore établie. Créer un lien de confiance avec son chiot est la clé pour bien démarrer la vie avec lui.

chiot qui à peur

©Yauheni Herasimovich

Mot de la fin 

Attendre quelques semaines de plus avant d’aller chercher son chiot chez l’éleveur peut vous éviter beaucoup de désagréments. Un chiot de 3 mois est bien plus mature pour quitter sa maman et sa fratrie, et l’arrivée chez vous se passera dans de meilleures conditions. C’est donc bien mieux à presque tout pont de vue. La seule chose qui pourrait vous manquer, c’est de ne pas profiter de la bouille de bébé de votre chiot, puisqu’à 3 mois, il a déjà une tête de jeune chien. On peut donc louper cette étape de mignonnerie. En revanche, en évitant le risque d’un chiot sevré trop tôt, on augmente la probabilité d’avoir un chiot bien dans ses pattes.

Écrit par Romy Crétiaux – Éducatrice-comportementaliste canin chez L’Essentiel canin.


Arrivée d’un chiot à la maison : 8 conseils

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *