L’instinct de prédation du chien : Comment vivre avec ?

Tous les animaux ont des instincts naturels, c’est le cas par exemple des comportements de fuite pour les proies et d’attaque pour les prédateurs. Le chien ne fait pas exception à la règle puisqu’il est un prédateur. Bien qu’aujourd’hui, il soit domestiqué et qu’il n’ait donc plus besoin de chasser pour se nourrir, le chien conserve un comportement inné de prédation.

Cette dernière est donc en partie un comportement génétiquement programmé. L’homme a apporté des modifications génétiques chez le chien en sélectionnant les comportements qui lui étaient utiles.  Il a façonné ainsi des races présentant des compétences particulières. Par exemple, les chiens d’arrêts pour la chasse, les chiens de protection pour la garde des biens et des troupeaux, ou encore les chiens rapporteurs de gibiers.

Instinct de prédation du chien

Angelo-Modesti

Suivant leur race, les chiens ont-ils tous les mêmes instincts de prédation ?

L’instinct de prédation est variable suivant la race. Certaines races, telles que les chiens de chasse (Braque, Setter, Beagle, etc) ou les chiens primitifs (Husky Sibérien, Alaskan Malamute, etc), ont un instinct de chasse très développé.  A tel point que leur comportement de prédation est parfois incontrôlable.

En ce qui concerne les chiens utilisés pour guider les troupeaux (ex : Border Collie), ils ont été sélectionnés pour avoir un comportement de prédation modifié : fixer la proie, en l’occurrence le mouton, l’approcher, et lui courir après. La morsure est normalement inhibée bien qu’il arrive que certains sujets n’arrivent pas à se contrôler. Par conséquent ces chiens ont donc un fort instinct de prédation mais ils ne vont pas jusqu’à la mise à mort de l’animal.

Pour d’autres races, l’instinct de prédation peut s’avérer inexistant, comme chez les chiens de compagnie (Shih-Tzu, Chihuahua, etc).

Comment se présentent les comportements liés à la prédation ?

Le comportement de prédation s’exprime sous forme de patrons moteurs qui se succèdent les uns aux autres dans un ordre précis. Cette succession de comportements est instinctives et donc génétiquement programmées. Voici le déroulement des patrons moteurs de prédation :

– Regarder fixement la proie.

– Approcher la proie.

– Attraper la proie.

– Secouer ou mordre la proie.

– Mettre à mort la proie.

– Manger la proie.

La prédation chez le chien n’est pas forcément synonyme de comportement agressif. Tous les chiens ne vont pas systématiquement attaquer tous les animaux qu’ils croisent. Ainsi, un comportement gênant lié à la prédation peut se manifester chez un chien sous forme de poursuite : courir après les joggeurs, les voitures, les vélos, ou bien les chats. Il peut aussi se manifester sous forme de pistage des odeurs des animaux sauvages. Courir pour chercher sa balle ou faire couiner sa peluche sont également des comportements liés à l’instinct de prédation.

chien à la chasse

@Steve Oehlenschlager

Peut-on changer le comportement de prédation chez un chien ?

Ces comportements de prédation sont innés. Par conséquent on ne pourra pas les faire disparaître, il sera seulement possible de les atténuer.

À savoir que pour qu’un instinct de prédation soit efficace, le chien a besoin d’acquérir de l’expérience au fur et à mesure du temps. Les propriétaires peuvent affiner les instincts de prédation de leur compagnon sans s’en rendre compte, car ces comportements sont d’abord appris par le jeu. Par exemple, lorsqu’on lance la balle en disant à son chien d’aller la chercher, on lui apprend à courir après quelque chose en mouvement. Plus tard, il pourra se servir de ses acquis pour courir après les joggeurs, ou d’autres animaux.

Il est donc préconisé d’éviter d’accentuer l’instinct de prédation lorsque celui-ci est très marqué chez un chien. C’est-à-dire, ne pas lui lancer de balle sauf si l’obéissance est excellente et que le chien ne part la chercher que sur ordre. Il est également recommandé d’apprendre au chien à se détourner de ce qui l’intéresse grâce au « tu laisses ».  De cette manière, il sera possible d’avoir un certain contrôle sur le chien. Toutefois, en fonction de l’âge du chien, de sa race, de son vécu et de sa socialisation, il sera plus ou moins possible d’apaiser ses instincts.

@Kamila

Le Plus :

La socialisation sera un critère essentiel pour aider à atténuer les instincts de prédation du chien. Il est donc nécessaire dès son plus jeune âge que le chien fréquente d’autres animaux (chats, chevaux, vaches, poules, etc). Celui-ci doit aussi découvrir régulièrement des nouveaux lieux, afin de limiter le développement d’instincts qui pourront être gênants. Il faut également approfondir l’obéissance afin d’avoir un meilleur contrôle de son animal.

Ksenia Raykova

Écrit par Romy Crétiaux – Éducatrice-comportementaliste canin chez L’Essentiel canin.

 

Une réponse à “L’instinct de prédation du chien : Comment vivre avec ?”

  1. Mathias Favre dit :

    Article intéressant. Je ne savais pas qu’apprendre à son chien à aller chercher la balle pouvait être dérangeant !

    Dans « Le Plus » à la fin de l’article, vous dites que « le chien doit aussi découvrir régulièrement des nouveaux lieux, afin de limiter le développement d’instincts qui pourront être gênants ». Je ne comprends pas bien en quoi le fait de découvrir de nouveau lieu permet de limiter ses instincts. Pourriez-vous m’en dire davantage ? Peut-être avec un exemple ?

    Merci 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *